AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 MARIAGE NABEULIEN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
breitou

avatar


MessageSujet: MARIAGE NABEULIEN   Mar 10 Juin - 21:00

AU THEATRE CE SOIR.


Pièce en un acte.

Paris le 24/12/2007.

Bonsoir Breïtou, yatik chrkhanè, kteltni bil dahk.
(Qu'il t'arrive une fiévre, tu m'as tue de rire. Cest du judé-arabe, un parler juif qui disparait.)

Je viens prendre mon quart d'heure de détente et de rire avec toi.
Dis moi yaïche oueldi pourquoi tu vas pas voir Drucker qu'il te nomme à la place de Bénichou, avec lui le dimanche, tu as un avenir assuré, je te le jure.

Yé braïtou, choft TATA Nouché, son fils Maïnou il voulait se marier avec une fille de Nabeul, une kouyé, elle pleure toute la journée tata Nouché en disant ‘... Oueldi djéjé, akel mi ghaier had, hedhi toflé kouyé yesser alih, ouh alé omo, kifech naamel.

Il va falloir réunir tous les gozbar de la ville de Nabeul pour élucider le problème de tata Nouché ,car son fils el akel Nanou, il veut épouser Maïné la fille de Titine El Merkhoufa .

‘....Ya rabi que peut -on faire c'est un grand dilemne.... ! Essaie de voir Brëitou si dans ton théâtre on peut le résoudre.

Merci nemchi kobara alik aouénhé ta ta nouché.

ICHTIR

Un petit mot sur le Samssar, ou la Semssara.

L’entremetteur, le marieur, avait une place dans la vie des juifs tunisiens à une certaine époque. Les unions étaient le plus souvent de raison.
Rares étaient les unions d’amour.

Le Semssar était donc rétribué à la commission. Bonne ou modeste, elle dépendait souvent du montant de la dot. Si l’affaire foire, il était quitte pour le déplacement.

Si plus tard, l’union se révèle être une mauvaise affaire parce que le Semssar vanta l’une ou l’autre partie faussement, il était quitte pour qqs malédictions.
Du genre ‘ ...Yatic abta ye Moumou... !’(.’...Qu’il t’arrive une apoplexie Moumou... !) Yatic gloubouet...Ye Tita... !’( ‘... Des métastases pour toi yè Tita... !’) ‘.. Yatic minigite ye Mridékh.. ! ( ‘...Qu’il t’arrive une méningite.... !’) Ou bien ‘…I jibouéq fi san’douq…!’ ( ‘...Qu’on l’apporte dans une cercueil... !’) Je ne sais pas si c’est avec une bière à la main ou pas... !’
Eloquent.

Mais il n’en mourrait jamais sur le coup, même qu’il s’éteignait comme une fleur dans son lit, entouré de tous ses proches à un age avancé.

Le métier de Semssar était aussi multi fonctionnel, puisque il se chargeait aussi de locations de maisons et autres arrangements. Il pouvait aussi être prêteur sur gages si sa position d’honnête homme était reconnue.


Il faut savoir que les protagonistes, les deux parties, avant de conclure une Ketouba, se renseignaient sur les bonnes mœurs des familles. Elles se référaient aussi au bon voisinage qui souvent mentait sur tel ou tel prétendant, ou prétendante, de peur de représailles, scandale ou malédictions.

Le marieur, Semssar, passage obligé avant, va rentrer en action avec tout son professionnalisme pour établir les futures modalités afin qu’aucun doute ne subsiste plus tard. Et le doute avait toujours une bonne place mais lorsqu’il s’agit d’argent, il s’envole.

Ainsi était la coutume au début du siècle dernier et même au beau milieu du siècle passé.


MARIAGE NABEULIEN.

Dans les principaux rôles.


La famille du fils Maïnou

-La papa CHOUCHOU dit BARBAR ‘ Joseph le (baragouineur) .....Albert.
-La femme NOUCHE dit ACH’OUE (La soupe) ............................Ischtir.
-Le fils Maïnou........................53 ans.........................................Jano.

LA FAMILLE DE LA JEUNE FILLE. Maïna.

-Le papa coiffeur DEDE dit TAMBOURINA (petit tambourin) ........Jacquot.
-La maman TITINE dit MERKHOUFA( La molle)................................Michka.
-La fille Maïna.........................43ans......................................................Danielle.


Breitou grand Goj’bar. NOTABLE.



Breitou, Grand Gojbar (Notable très respecté chez les juifs tunisiens, un peu comme le Cheikh de quartier qui dénouait certains litiges de voisinage, qui ne sent pas le Kosbor ( Coriandre ) mais le Zar ( eau de fleur d’oranger) comme le Zar ( chance) de la famille Nouchè, elli thab t’yârech ouldè Maïnou (Celle qui veut marier son fils Maïnou, 53 ans) célibataire endurci mais gentil, aimable, poli, de bonne situation surtout, puisqu’il est ‘retourneur de briks à l’œuf’ dans la grande Maqla (poêle à frire) chez son oncle Didekh , marchand de beignets fort connu sur la place de Nabeul.

Didekh El AMBAR’ (L’Ambre) tient son échoppe depuis plus de 75 ans. A Nabeul.
Mais avant d’être patron de sa gargote, il était employé chez son grand-père CHLOUMOU dit H’néyéch (petit serpent). A cause de sa langue de vipère.

Il avait le meilleur coup de ‘CHEFFOUT’ (longue aiguille en fer, un peu plus longue qu’une aiguille à tricoter, faisant office de pic) de la région et même du monde pour retourner la feuille de brik à l’oeuf. UN VRAI AS DE PIC.

Il a, un jour, réussit l’exploit de retourner sa veste lorsque des policiers français lui ont demandé de témoigner sur un affaire délictueuse.

Son grand-père, Chouilem se rendit fort célèbre dans les années 1889. Il emporta le grand concours annuel de la confection du plus grand CERCLE EN PATE NAVIGUANT SUR L’EAU. C’est à lui que Nabeul doit le GRAND PAQUEBOT BAMBOLONI (En France CHICHIS) 33 mètres de diamètre. Le seul paquebot en pâte sucrée qui fit le tour du monde en 365 jours.

Sa piscine, installée au centre du navire, était très prisée par les voyageurs venus du monde entier pour GOÛTER calme, sérénité et surtout rencontres coquines.

Une anecdote célèbre.

BELEBOU, un modeste mais beau et gentil garçon se promenant sur le pont en pâte par bâbord, vit une jeune demoiselle très belle de prénom OUARDA Bent (fille de) Yasmina, âgée de 16 ans, enjamber le parapet du bastingage en farine. Sans paniquer, le jeune Belebou s’approcha d’elle et réussit à la dissuader de sauter grâce à ses mots mielleux. Ce fut le début d’une romance amoureuse à l’eau de ROSE. Ils se marièrent à la première escale. Emouvant non... ?

Les cabines étaient installées dans le creux de la pâte tandis que les premières classes se trouvaient à l’intérieur, dans les aspérités avec hublots donnant sur la mer bleue.

On déplora un seul incident, qui ne fit ni blessés ni dégâts. Le grand car-farine, tomba en panne un jour de juillet en PLAINE MARE NOSTRUM, par manque de carburant, de la Khmira. L’amidon. Plus de peur que de mal. Donc ce ferry pâteux, encore en exercice, vous pouvez l’admirer dans la BAIE de SINGES, a toujours ses marques de Noblesse.
Fort de sa médaille Beylicale, IFTIKHAR EL BALOUT, il fit les beaux jours de la QUEEN MARY VICTORIA, qui, avant de regagner son pays demanda qu’on lui prélève (l’impôt) un morceau de cette pâte. Royauté oblige. D’où le prénom de son petit -fils PATE...RSON comte de HAS ZABOUR.

L’église anglicane ne reconnaissant pas les PATER on ajouta à son prénom...
PATER...MARCONI....Voilà. L’honneur de la royauté fut sauf comme furent saines et saintes mes couilles molles qui rétrécissent à vue d’œil.

Donc Breitou fort connu dans la communauté juive Nabeulienne, pour ce genre de rapprochement, va mettre en ‘œuf re’ sa diplomatie pour aider les deux familles. CHOUCHOU dit BARBAR ‘ Joseph le (baragouineur) et sa femme NOUCHE ACH’OUE
(La soupe) d’une part avec la famille DEDE dit TAMBOURINA (petit tambourin) et sa femme TITINE EL MERKHOUFA( La molle)

Leur fils MAÏNOU dit Aslouq (vermisseau) émit à 53 ans le souhait d’épouser femme.
Les parents déconcertés par ce vœux, trouvant que leur insolent de fils a encore le temps de se marier, (comprenez leur désarroi par là, bonnes gens, la petite solde mensuelle allait foutre le camp, le découragèrent du moins au début MAIS devant la volonté, l’obstination et la ténacité de leur fils, ils changèrent d’avis. Préférant s’en remettre à D ieu. Et au MEKTOUB.
La destinée.

La jeune fille en question Maïna, fille de DEDE est une fille de maison. Bonne couturière et cuisinière. Agée de 45 ans, elle n’a jamais quittée la maison sans être accompagnée par son frère HAIM dit TARBAQA( Victor dit le tong). Une fille au profil ingrat qui ressemble plus à une poire qu’à une pomme. (Se référer à la stature de Madame Sarfati, qui elle aussi était nabeulienne). Dédé père est coiffeur de son état pour l’Itame (les orphelins) pour la bonne raison qu’un orphelin ne peut jamais se plaindre puisque personne ne répond pour lui quelque que soit la qualité de la coupe. L’itim ne peut rien dire. La nature, parfois, est vache.

Breitou va rentrer en scène pour rapprocher les points de vue et surtout négocier la dot.

‘ ...Ye Breitou, enti ta refna.... !’ Dédé. (‘ Tu nous connais...’)
‘...Et comment, des gens d’honneur, une famille pure, la vérité... ! Je n’ai rien à dire... !’
‘...Mellè qollom elli taleb, el hénè, zouz byout m’ââm’rin (Rapporte leur que je veux pour mon fils deux chambres entièrement meublées), ou 2500 frs (francs d’autrefois) (somme considérable pour l’époque. Deidou a mit la barre très haute sachant qu’il n’obtiendrait pas même le dixième de sa prétention pour son fils.)
‘...C’est tout... ?’
‘...Brekhè... !’ Oui, c’est tout... !’ Nouchè.
‘...Ichtéel el l’yanin Maïnou....’ ( Il mérite les yeux votre fils, sous entendu que vos prétentions sont convenables.) Mnih ââ’tiouni arboun ???’ ( Bon, donnez moi un acompte.. !)
‘..Yaraq fél saboun....’ ( Que tu sois dans le savon.. !)

Breitou part voir l’autre famille.

‘....Talbou.... !’ Breitou. (Ils ont exigé... !)
‘...Zouz fi âineyem... !’ Titine, la maman (Deux doigts dans leur yeux)
‘...Yakhir benti mlouha iye.... !’ (Ma fille n’est pas abandonnée à ce que nous sachions) Titine.
‘...Vous avez raison, après tout ouldem (leur fils) abet mél qerch Jupiter... ! ( Il est né du ventre de Jupiter). Breitou.

Les tractations se poursuivent tard dans la nuit et au petit matin, Breitou satisfait de ce qu’il a obtenu, deux abonnements annuels pour une année de coupe gratuite pour le papa du garçon et de son fils , plus deux eaux de toilette HOMME DE DAR NABEUL( une mesquinerie) un abonnement annuel pour le rasage pour la papa, le fils étant imberbe, heureusement sinon le mariage aurait foire, deux jarres d’huile premier choix, trois halleb en argile de HAMAMET, deux oreillers bourrés de plumes de pies venant de la ferme de SIDI MANSOUR, 8 bougies. Une misère de chez MERE Misère.

‘...Mnih ââ’tiouni arboun ???’ ( Bon, donnez moi un acompte.. !)
‘..Yaraq mé tchi’ouf’ch el dlam....’ ( Que tu sois pas dans l’obscuritè.. !)



Et comme l’a rapporté Breitou aux parents du garçon ‘...Aâlla qad sormom... !’
(...A la hauteur de leur cul.. !)


Maïnou, amoureux fou de Maïna alors qu’il ne l’a jamais vue, et ne voulant rien entendre, OBLOGEA sa famille à se plier aux offres misérables de la partie adverse pour son bonheur.

Arrive le jour de l’entrevue.

La famille du garçon va rendre visite à la famille de la jeune fille pour sceller leur future union.

Ils sont bien accueillis.

On sert le café. Les tasses sont posées sur la petite table basse.
Tout le monde boit le breuvage sauf Maïnou qui attend.

Enfin, la maman de la jeune fille ose un...

‘...Tu ne bois pas le café Maïnou... Mon cher futur gendre....????’
‘...KIFFECH THAB EN HARQOU....BZEBIIIIII... !’
‘ Comment veux tu que je remue le sucre, avec ma BITTTTTTTTe…!’

Le mariage se fit puisque jamais au grand jamais une queue dite de cette façon a annulé une union sacrée.
Revenir en haut Aller en bas
 
MARIAGE NABEULIEN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le mariage en Inde
» Mariage thème Jane AUSTEN
» Ma création de l'urne de mariage DISNEY
» Les femmes Africaines face au mariage mixte
» kit ou template pour faire part mariage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE THEATRE DE BREITOU :: MES PIECES DE THEATRE-
Sauter vers: