AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LE VIEUX COUPLE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
breitou

avatar


MessageSujet: LE VIEUX COUPLE.   Jeu 4 Mar - 14:59


LA VISITE DU VIEUX COUPLE.

Un vieux couple emmitouflé
Et surtout bien parfumé,
Dans leur manteau fermé,
Sur un chemin trottinait
D’un pas long et mesuré

Son épouse à ses cotés
Lui tenait son bras bien serré.
Il marchait cote à cote
Bras dessus bras dessous
Comme une vieille paire endimanchée.

Le soleil sur leurs traces
Réchauffait leur ombre froide
Et le voilà traverser le parking
D’une clinique renommée.

Un rendez vous important
L'attendait.

Il était déjà prêt depuis la veille
Pour découvrir un nouveau né.

Dans le hall d’entrée,
Il salue les employées
Assises et bien habituées
A guider les visiteurs
Vers les chambres hautes des mamans
Qui ont accouchées.

Il a sans se tromper
Suivi la ligne jaune qui menait
Au palier de l’ascenseur qui les attendait.
Il a d’un commun accord
Appuyé sur le bouton de l’étage supposé.

Une odeur d’air aseptisé
Leur fait comprendre qu’il est bien
Dans le couloir des maternités.

D’un pas long et mesuré
Il s'est retrouvé
Devant la porte indiquée
Qu’il a tendrement caressé.



Et
là, le papi et la mamie se sont arrêtés
Devant le lit de leur fille à peine réveillée.

Ils se sont penchés pour embrasser leur fille
Qui venait d’accoucher pour la seconde fois
D’un joli petit mâle tout recroquevillé.

Et la mamie qui préparait
Les sachets de dragées bleus
Pour les quelques invités.




Leur regard s’est porté sur un berceau
Un bébé à poings fermés dormait.
Ses petites jambes étaient,
Vers son petit et frêle buste, ramenées.

‘…Images si vous pouviez parler
Vous nous diriez que la pose n’est pas nouvelle
Qu'elle est naturelle.

Et que le spectacle se renouvelle sans discontinuer… !
De par le monde...!'

Le papi s’est penché, vers sa couche
Lui qui était assis au chevet,
De sa fille qui surveillait son p’tit d’homme ensommeillé,
Pour mieux le regarder.

Immuable spectacle, de la maman et de son enfant
Immuable spectacle de ce regard toujours nouveau
De la maman qui porte son enfant
Dans la prunelle de ses yeux.
Et dans son cœur plein de bonheur.

Je me suis laissé sans me lasser,
A photographier le dormeur,
Du sommeil des innocents
il était enveloppé.

J’ai donc cliqué, sans retenue,
Volant par ci par là, ses moues
Qu’il m'offrait avec détours
Sans se douter de ma présence.

Un vieux couple bien rassasié
De belles images qu'il a emporté
A reprit le couloir moquettée
Vers l’ascenseur qui l'attendait
Et les conduire au rez-de chaussée.

Sur leur passage, il A resalué
Les mêmes employés et leur café.

Un vieux couple emmitouflé
Avec du soleil plein les yeux,
Et leurs ombres bien réchauffées,
S'en est retourné vers leur chez eux
Sous les cieux clairs
De cette belle journée.



Dernière édition par breitou le Ven 5 Mar - 10:31, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
breitou

avatar


MessageSujet: Re: LE VIEUX COUPLE.   Jeu 4 Mar - 19:25

BEDEN ÂÂLA BEDEN.
UN CORPS SUR UN CORPS.


Béden ââ’la béden
Me ï doum toul hayat.
El hob licoun licouUUn
Tkir ouélè hajar él shih
Yétéq’ta bââd ayam.

El soh’biya élli tcoun tcoun
Tat’fa bââd sana’ouéEEt.
Ou mé yoc’yad cen él ghoch ouél adrat fer’ghin.

Un corps sur un corps
Ne dure pas toute la vie.
L’amour qu’il soit dur comme l’acier
Ou de pierres robustes
Se brise après un certain temps.
L’amitié quoique qu’elle soit
S’éteint après des années de fidélité.
Et il ne reste plus que la colère et les paroles vides.


Sder él néféch ââla sder bab’ââjij
Marchoum ââl toul hayét.
E’hlé décrèyét mefich,
E’hél hob ah’fid mé kench,
Ou’é é’li doum hatté el déniè lekhré.
Ouéle hob licou él licoun
Méouch akbar mél ghram él ahfid.


La poitrine d’un nouveau né sur celle de son papi
Reste gravée pour toute la vie.
Ces beaux ces souvenirs nulles part connus,
Plus beau que l’amour d’un petit fils, il n’y en pas.
Il est éternel.
Quelque soit l’amour que l’on porte aux autres/
Il n’est pas aussi grand que celui que l’on porte à ses petits fils.

Hatté mta mrââ, licoun éli coun
Hatté loucen séra yed’bah, mé âândou kima
Cabél dah’két él ahfid él guéli.

Quelque soit la femme et son charme assassin
Elle ne peut prétendre être plus enjoliveuse
Qu’un sourire offert par ses chers petits enfants.


‘…Ye papi, yé mami..!
Ye baba yé omi… !’
Célém él safi fi fom oulidétnè,
Célèm él ââ’ssél
Kheréj mél fimat él ahrir,
Moustahil é’khir.

‘…Papi, Mami… !
Papa, maman,
Quelles belles paroles sincères dans la bouche de nos enfants
Paroles de miel,
Sortis de leurs palais soyeux
Il n’y a pas plus beau.


Moustahil mé i counch,

Ouala’bouda ‘…Je t’aime..’ d’une femme
Sincère fusse t’elle ne vaut pas
‘…Le papi ou mami d’un petit enfant.
E’khir ménèm mé smatch.
E’khir méném mé bcach
E’né é’li gdim ôcht miét hob fi hayéti,
Oué miét hob débou kimé socor fél é’oué.

Il ne se le peut et même le ‘…Je t’aime… !’….
D’une femme sincère fusse ne vaut pas
‘…Le papi ou mami’ d’un petit enfant.
Plus belles paroles je n’ai entendu.
Plus beaux mots n’existent pas.
Moi qui suis ancien, j’ai vécu cent amours
Dans ma vie, mais cent amours ont fondu
Comme sucre dans le vent.

Mélè hob hfi’daAAti,
Abéden mé ï ten’sse
Licoun éli couUUn
Fi hoj’ri marchouUUm
Fi bad’ni man’couch,
Ou khialou teba’fiyé,
Hatté béb él ouffé.

Mais celui de mes petits enfants
Jamais je ne l’oublie
Arrive ce qui arrive, il est inscrit sur mes genoux
Et sur mon corps il est gravé aussi,
Son ombre me poursuit
Jusqu’à la porte de la tombe.


Mah’boubi dimé qodémi
Hatté âïni tegh’mad.


Mes bien-aimés sont toujours devant moi
Jusqu’à ce que mes yeux se ferment.
Revenir en haut Aller en bas
 
LE VIEUX COUPLE.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le vieux couple
» Un vieux couple
» rêve3.. vieux couple
» vous considerez vous comme un vieux couple ?
» Un vieux couple

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE THEATRE DE BREITOU :: POESIES-
Sauter vers: