AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LE FORT EN GUEULE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
breitou

avatar


MessageSujet: LE FORT EN GUEULE.   Lun 22 Fév - 23:35

Breitou raconte.


LE FORT EN GUEULE.



Tous les événements narrés dans cette nouvelle sont imaginaires.
Enfin si l’on veut. Mais moi je sais...!

L’homme était grand, bâti comme une armoire.
Fort en gueule et personne dans cette Goulette ne pouvait imposer ses vues tant ce menuisier* (fonction imaginaire) à la forte stature imposait la crainte et la peur à tous ceux qui l'entouraient.

On le redoutait parce qu’il avait aussi ce coté ‘balance’.

Il était indicateur et à ce titre, le commissaire de police aimait bien boire à sa table.

Cette relation lui donnait du poids et un pouvoir. Il était père de trois enfants, riche et surtout libre chez lui et chez lui tout le monde avait intérêt à ne pas discuter ses ordres.

Le moindre écart de conduite de sa femme faisait d’elle une victime potentielle car le mari osait peut être lever la main. Ce qui ne c’était jamais fait, d'après certaines confidences, puisque son épouse faisait tout pour être soumise à ses désirs et à ses facéties.

L’homme était aussi mauvaise langue, l’achon ara faisait partie de sa vie et il ne se gênait nullement à la satisfaire.

Il était d’une grande infidélité et personne n’osait rapporter ses moindres gestes à sa femme bibelot.

Il fut celui qui selon ses allusions, coucha avec la femme de son oncle, une très belle femme,issue de la pauvreté et mariée à un homme d’un certain âge, parce que riche.

Il insinua que l’enfant unique né de cette infidélité était de lui car l’époux, son oncle, au vu de son grand âge ne pouvait procréer. Il avait 70 ans alors sa femme n’en avait que 30. L’écart d’âge était pour lui le prétexte idéale pour faire circuler sa rumeur. Il en était fier, d’autant plus fier, qu’il alla bien plus tard alors que son neveu, ce prétendu fils, grand efféminé, atteignait l’âge de 12 ans. Sa grande ‘fierté et sa grande honorabilité ‘ ne faisant aucun doute, il proclama haut et fort, (lisez attentivement ce qui suit) que son grand fils, son ainé âgé de 20 ans eut le suprême honneur de sodomiser son autre jeune neveu, donc le cousin, alors que ce dernier sodomisait le prétendu fils homo. Soit un trio jouissif en pleine action et cela dans une réserve de son magasin parmi un grand tas de sciure de bois.

Donc l’ainé sur le jeune cousin qui, lui, écartait les fesses de son autre cousin.
Ça se passait en famille.

Voilà l’homme fort en gueule qui impressionnait ce coté abjecte de cette Goulette qui offrait de temps en temps de beaux souvenirs à ce conglomérat avide d’histoires de cul.

L’homme fort en gueule était aussi connu pour être peu de confiance et celui qui osait demander, dans la panique un service, se voyait taxé par notre personnage pour ce service rendu auprès de la police en cas de pépin. Il était le libérateur des fils voyous mis en cause dans des délits assez graves.

Notre fort en gueule se targuait d’avoir le bras long et il justifiait tout cela par ses grandes relations. Avec lui, certaines familles peu recommandables de tous bords, voyaient d’un bon œil ce sauveur providentiel, pourvu qu’il soit payé de retour.

Une partie de cette taxation allait bien sur dans la poche du chef de police bien heureux d’arrondir régulièrement ses fins de mois bien misérables.

Avec lui, un passeport était délivré en un moins de temps qu’un écoulement de café.

Il avait aussi ses entrées au tribunal de Tunis puisqu’il arrosait à sa façon les juges en meubles gratuitement, gratuité qu’il faisait facturer au prix fort une fois l’affaire classée ou le verdict énnoncé en faveur du protégé.

Il était sans âme et sans aucun scrupule. Immorale. Il n’en connaissait pas d’ailleurs la signification.

Son second fils se tourne vers la religion, apportant un peu de moralité chez cette crapule qui commençait à prendre de l’âge. Son troisième fils eut la bonne idée de se marier avec une jeune fille dont le papa faillit s’étrangler par l’apport de cette future tantouse car au bout de quatre ans, la jeune épouse, maman de deux enfants, se rendit compte des déviations de son époux, un gène familiale. Il était pédéraste. Elle divorce et s’enfuie à Paris. Où elle vit à présent. Aisément. Lui, l’époux tapette, sans grand remord, et sans une trop grande fibre paternelle, prit un amant. Avec qui, il vit encore.

Se rappelant enfin que D ieu existe, notre sexagénaire commence sa rédemption. Sous les conseils de son second fils devenu religieux. On le voit fréquenter la synagogue. Tous les vendredi soir et les shabbatots. Histoire de redorer son blason vis-à-vis de A chem. Mais pas aux yeux de ceux qui l’ont connu.

Entre temps, sa voix avait baissé d’un ton et sa grande notoriété prit fin le jour où il écopa d’une Katra. AVC.

De sa grande stature, il ne restait plus qu’un corps malingre qu’il trimballait, assorti d’une canne. Il était devenu comme tous les communs des mortels. Sans plus.

Il décède quelques quatre ans plus tard sans trop grands regrets par ses soi disant amis.
Pour bien faire, la famille le déplace et l’enterre en Israël car notre défunt méritait bien d’être enseveli sous une terre sacrée, du moins c’est ce que les enfants jugèrent.

Mais nous, nous pensions autrement.


Dernière édition par breitou le Mar 23 Fév - 9:20, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
lola

avatar


MessageSujet: Re: LE FORT EN GUEULE.   Mar 23 Fév - 8:10

malheureusement ca existe des sales type comme ca!
Revenir en haut Aller en bas
 
LE FORT EN GUEULE.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE THEATRE DE BREITOU :: LA GOULETTE - TUNIS - MAROC - ISRAEL - SOUVENIRS SOUVENIRS-
Sauter vers: