AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 MES COPAINS.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
breitou

avatar


MessageSujet: MES COPAINS.   Jeu 26 Nov - 22:32





Qui étaient t’ils… ?
Mes amiIIs… !

Ils étaient magnifiques,
D’autres un peu hystériques
Beaucoup, plein de tménic
La plupart mathématiques
Certains philosophiques
Super intelligents,
Dans certains cas idiots.
Sportifs surtout avec de l’arithmétique.
Mais toujours fantastiques.
Comment étaient-ils… ?
Mes compagnons… !
Ils étaient presque tous sereins
Habitués à bouffer sans rechigner
Ce que leur mère présentait.

Comment, comment, comment…!
MMMMMmmmmmmMMMMMM

Nous n’avions pas de mines de charbons
Non plus de gueules noires.
Nos mines d’enfants étaient réjouies.
Nos mamans n’étaient pas au bord des puits
Mais plutôt, s’inquiétaient du retardaire la nuit
Son enfant qui oubliait l’heure de rentrer
Par trop de jeu dans la rue, le seul ennui.
Nous n’avions jamais entendu de coup de grizzli
Quelques gros orages nous ont surpris
Mais peut-on avoir peur de la nature
Lorsqu’elle rugit.

Y’avait pas aussi de longs boyaux
Qui courraient sous le sol salin
Sous les jardins entretenus
Seuls les vers et les cafards étaient speologes.

Image hébergée par Casimages.com : votre hébergeur d images simple et gratuit

Par contre qqs uns s’ faisaient ventriloques.
Mais voilà ils avaient le ventre qui s’bloque.
J’en connais un de trapéziste
Qui s’balancait sur des cordes à linge
Pour un dourou, le spectacle était annoncé
Mais pas toujours assuré.
Car parmi les copains, il y en avait un de malin.
On l’aimait bien.

De grands nageurs du terroir
Ont marqué notre histoire.
D’autres sont passés juste à coté,
Passant par-dessous la ligne d’arrivée.

Ahhhh…Ahhh..
Qu’ils étaient beaux
Mes camarades
Des artistes du tréteaux.


Ça commence à bien faire ces caractères.


Revenir en haut Aller en bas
breitou

avatar


MessageSujet: Re: MES COPAINS.   Dim 6 Déc - 18:39



Nino salut, j’ai bien reconnu tes frères et ton cousin Bautis.

Que nous restent-ils aujourd’hui… ?
Des images, des photos, des timbres de voix,
Des échos qui s’évanouissent dans le brouillard
De ma mémoire… !

Que me reste t’il aujourd’hui de mon passé
De notre passé, des petits mots en rimes
Pour dire ‘…Oui, je me la rappelle et j’m’la ramène… !’
Lorsque l’ennui, la nostalgie vient par moment
Réveiller mon havre de paix, loin du carcan.

Même les feuilles mortes de nos secs ficus,
Sur notre sol tardaient à s’envoler en terre étrangère,
Quand passe le vent associé au sable gris
Celui que nous avions bouffé sans parcimonie.

Tu me dis passer, mais qu’elle joie mon ami,
De voir ce que je ne vois plus depuis des décennies.
D’entendre une voix chaude, née là bas dans notre pays
Qui était le nôtre et dont nous ne sommes plus liés.

Je me réjouis d’avance, un lundi ou un mercredi
De te voir debout Nino, au seuil de ma boutique.
Et si on plus, tu acceptes mon invite, nous irons à coté
Chez Guichi le jerbien mordre le temps et mâcher
Quelques souvenirs anciens d’avant écornés
En laissant sur la table nos appétits
Car rien au monde ne peut régaler un ami
Que de empiffrer de ce qui n’est plus.
Revenir en haut Aller en bas
breitou

avatar


MessageSujet: Re: MES COPAINS.   Dim 6 Déc - 18:53






Nous n’avons pas eu des temps tristes.
A vivre des événements douloureux.
Nous sommes les enfants de la chance.
La chance d’être nés après la guerre.
La chance de n’avoir pas sursautés en pleine nuit
En nous serrant contre la poitrine de nos mamans.
Sous l’effet des bombes, de n’avoir pas été réveillés
Sous les coups des bottes des innommables hommes vert de gris.
La chance de n’avoir pas vécu sous les ténèbres
Dans le noir de ces jeunesses sacrifiées pour rien.

Notre guetto était lumière et soleil.
Parfums, ambiances et belles atmosphères
Loin des violons qui pleurent et des pianos qui hoquètent.
Nos chemins étaient de verdure,
Et les roses fleurissaient sur nos passages
Sans que nos bras en portent les stigmates.
Nous les enfants de la Goulette.
Revenir en haut Aller en bas
breitou

avatar


MessageSujet: Re: MES COPAINS.   Dim 6 Déc - 21:56

Nos chemins n’ont pas été salis par le sang.
L’air n’était pas rempli par des hurlements de douleur
Et nos pleureuses ne pleuraient que la mort naturelle
Ou accidentelle d’un père ou d’un fils mort prématurè.

Nul maman goulettoise n’a perdu un fils dans la guerre.
Car ils rentraient tous les soirs des terrains de bataille
Avec dans la voix notre hymne nationale
‘..Si tu veux mon bonheur Goulette sortira vainqueur… !’§§§§§
Seul le ballon avait droit de cité
Et les filets étaient nos murailles.

Nos héros portaient des noms
P’tit GOSSE ou Loubia…LOPI ou LA JOUIQUE
Oui, ils se sont distingués dans la grande connerie.
Et nous dans la grande imbécilité.

Les troncs de nos arbres ne portent pas d’éraflures
Sauf des coups de canif ‘…Je t’aime Marie… !’
En forme de petit cœur.

Aucune fosse commune dans notre ville.
Sauf celle des détritus qui flambaient
Dans la moiteur de nos étés chauds
Ou de nos hivers ensoleillés.

Aucun train au départ,
Aucun wagon de la mort.
Ni des HAUS …NI WITZ… !
Encore moins DRANCY.
Tout juste un train de campagne
Qui sifflait des accents du pays qui était le notre.

Nous n’avons pas connu les sirènes de l’horreur
Sauf la voix du bon Muezzin qui priait D ieu.
Et la voix de D ieu qui planait sur nous.
Ou le son du Shoffar sous nos châles blancs.

Nous n’avons pas été les soldats de l’horreur
Ceux du déshonneur.
Nous avons seulement défendu des envahisseurs
Dans nos délires.

Nous n’avons pas flirté avec la mort
Pas même dans nos rêves,
Mais avec des filles belles et aguichantes.
Nous n’avons pas eu de mépris pour notre frère arabe
Ou pour l’italien le maltais que nous avons aimé.

Vieux messages d’amour mille fois répétés
Dans les oreilles bouchées, durant des années.
Revenir en haut Aller en bas
breitou

avatar


MessageSujet: Re: MES COPAINS.   Dim 6 Déc - 22:12

Je pourrais chanter
A l’infini
Cette vieille syna.
A la porte bleue et cloutée.
De Maguen David
Sur elle
Imprimait…..§§§§

Oui, à l’infiniIII
Je pourrais chanter
A tout les modes
Ma vieille syna.

Et D ieu qui planait
Sous des airs sans orgue
Pas même sous un coup de violon.

Oui, je pourrais la chanter
Encore longtemps ma vieille syna.

Mais voilà, ma vieille syna
A perdu son âmes d’avant
Elle n’est plus le sésame
La gardienne de nos prières.

Vieille certes, elle l’était
Mais Ô combien jeune à nos yeux
Autrefois.
Relookée certes mais elle a perdu
De sa convivialité.

Sa boiserie craquelant
N’est plus comme ne le sont plus
Nos présences et son âme.

Se faire chantre d'une vieille syna
C'est rappeler à l'autre que rien ne dure

Ici bas...§§§§§
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MES COPAINS.   

Revenir en haut Aller en bas
 
MES COPAINS.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Connaissez vous Max, Jules et leurs copains ?
» Copains d'Avant
» Kit Les copains de la forêt de Bibounette
» [Walt Disney Pictures] Les Copains fêtent Halloween : La Légende du Chien Maudit (2011)
» Mes Copains Motards

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE THEATRE DE BREITOU :: LA GOULETTE - TUNIS - MAROC - ISRAEL - SOUVENIRS SOUVENIRS-
Sauter vers: