AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 BREITOU RACONTE....HISTOIRE VRAIE.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
breitou

avatar


MessageSujet: BREITOU RACONTE....HISTOIRE VRAIE.   Mar 29 Juil - 16:38

Paris le 26/07/2008.


BREITOU RACONTE.




Histoire vraie.

Quelques mois après ses premières règles, Nadine* commençait à ressentir des troubles physiques. Vomissements, diarrhées, maux de têtes, vertiges bref des maux qu’elles n’avaient jamais connus auparavant, avant qu’elles n’apparaissent.

Elle était fille unique d’une famille aisée.

Son père bijoutier dans le souk des CHIAGHE à Tunis était un jeune papa, religieux, respectueux et très bien considéré dans la communauté juive et arabe.
Homme de bien, jerbien de souche, il ne manquait aucune occasion pour faire des actions de grâce.

Nadine donc ressentait un mal être, elle était mal dans sa peau et ajouter à cela, elle faisait des crises nerveuses par intermittences.

Les parents ont tôt fait de la faire examiner par le médecin de famille qui bien sur prescrivit à la jeune adolescente une ordonnance médicale pour stopper ces bobos.

Une accalmie se profila et la jeune fille retourna à ses études dans son institution religieuse l’école Pinson.

Une pause qui ne dura que quelques semaines car les maux ne l’ont pas oublié.

La famille sur les conseils de leur premier médecin, qui ne comprenant rien à la situation de la jeune fille, leur conseilla un spécialiste. Là encore une brochette de médicaments fut prescrite.
Mais en vain. La fille n’avait pas l’air de se rétablir. Malgré l’arsenal médicamenteux.

De dépression en anorexie, les parents désespérés décidèrent de l’emmener à Paris pour la soigner. Ils pensèrent que les structures françaises sont meilleures et que les spécialistes découvriraient le mal dont souffre leur ainée.

Trois semaines d’examens approfondis sans qu’aucun résultat ne définisse le mal dont souffre la jeune fille. Le grand professeur en neurologie n’ayant pu déterminer avec précision ce mal être et surtout ses troubles.

Revenue à Paris, l’adolescente allait de mal en pis.

Elle s’alita au grand désespoir des parents.
Une branche de la famille vivant à Jerba touchée par le mal mystérieux de leurs nièces et cousines allumèrent autant de bougies que nécessaires pour demander grâce à la sainte Griba de Jerba.

Trois ans de souffrances et de mal ont mis la jeune fille dans un état proche du cadaverisme.
Mais elle tenait le coup. Le désespoir des parents était t’elle qu’ils se sont résignés à voir un jour ou l’autre leur fille s’en allait alors qu’elle était en excellente santé avant que ses règles ne surviennent. Une énigme dont il ne voyait pas le bout de leur calvaire.

Le cas était rare et semblait insoluble.

Les amis de la famille désorientés et accablés, suivaient avec une grande tristesse les événements. Chacun d’eux prodiguant des onguents ou des recettes dites ‘Doue arabi’. Personne ne comprenait rien à cette ghbina de ce père qui, accablé restait des jours et des jours au chevet de sa fille.

Un grand chagrin dont il devinait l’issue fatale.
Un vrai mystère devant cette maladie qui n’avait pas de nom.

Par un curieux hasard, le rabbin, grand ami du papa lui souffle de la marier.

Surpris, le papa dans un premier temps trouva le conseil déplacé. Sa fille n‘avait pas l‘âge que pour convoler en justes noces. Elle n’avait que 15 ans. Il en parle à sa femme qui, elle aussi trouve le conseil aberrant. Mais comme une idée demande réflexion et fait toujours son chemin, le papa voulant tenter le tout pour le tout en parle à sa fille.

Sa fille qui bien sur refusa dans un premier temps la proposition.

Et puis se dit le père ‘... Qui accepterait de prendre pour épouse une jeune fille dans une telle situation. Malingre, sujette à des crises, proche de la folie...’

Il en reparle encore une fois à sa fille en lui disant que son mal disparaitrait peut être après son mariage. Un espoir qu’il doutait vain mais comme on le dit chez nous ‘...Qui ne tente rien, n’a rien... !’ Il fait courir le bruit qu’il voulait marier sa fille. Personne n’osa prendre son idée pour moquerie bien au contraire mais personne aussi n’osa lui dire que cela était la bonne ou mauvaise solution.

Mais comme inspirée par un souffle divin, il fit des pieds et des mains pour trouver un jeune homme de famille indigente. Il n’eut aucune peine à en trouver.

Raphael avait 28 ans, travaillait comme coursier dans un cabinet d’assurance.
Il était soutient de famille. Ses parents vivaient grâce aux pécules de ses trois filles vendeuses qui habitaient sous le même toit. Il faut dire que les jeunes filles indigentes trouvent difficilement de jeunes garçons de leurs conditions. La famille indigente est toujours pointée du doigt chez les familles riches. Surtout à Tunis. Et les familles riches, il y en avait beaucoup en ce temps là. Les pauvres ayant immigrées ailleurs.

Le papa demanda donc la main du garçon. La famille, elle aussi jerbienne connaissant la famille consentit au mariage.

Il fallait surtout faire vite.

Il fallait demander l’autorisation aux autorités locales et au rabbinat. La jeune fille en proie aux malaises de toutes sortes n’avait que 15 ans comme je l’ai dis plus haut.
Ils obtinrent dans un délai très courts les formalités nécessaires.

Alla’khater qif rabi i hab ââ’mel nich ou teouil, hatte chey mé i ouaqef él mektoub mta bneya sba’ya oulle ouliyed cherif.

Parce que lorsque D ieu le veut et dans toute sa miséricorde, nul et rien ne peut arrêter le sa volonté et le destin d’une jeune fille vierge et d’un jeune homme pur.
Le papa du jeune homme prit tous les frais du mariage à sa charge.
Le couple se maria.
Il leur offrit un appartement pour abriter leur amour.


Et miracle, qqs semaines plus tard, après avoir consommé le mariage, et perdu sa virginité, la jeune fille retrouva santé, joie, école et bonheur. Comme si elle avait menti sur son état désespéré.


La nouvelle famille donna naissance à cinq enfants tous mariés aujourd’hui.
Le couple vit à Paris et le papa est huit fois grand-père.
Nous étions en l’an de grâce 1977.


* Le nom a été modifiè.
Revenir en haut Aller en bas
lola

avatar


MessageSujet: Re: BREITOU RACONTE....HISTOIRE VRAIE.   Sam 20 Fév - 10:45

Breitou
je viens de decouvrir cette histoire vraie
je n'etais pas encore sur le forum quand tu l'as poste

drapeau coeur
Revenir en haut Aller en bas
titrite

avatar


MessageSujet: Re: BREITOU RACONTE....HISTOIRE VRAIE.   Dim 21 Fév - 17:04

belle histoire.c'est toujours un plaisir de vous lire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BREITOU RACONTE....HISTOIRE VRAIE.   

Revenir en haut Aller en bas
 
BREITOU RACONTE....HISTOIRE VRAIE.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» histoire........vraie
» Souchez 2012, une histoire vraie épisode 2
» Histoire vraie et bouleversante de Christian le lion (vidéo)
» [Vigan, Delphine (de)] D'après une histoire vraie
» CD : L'Histoire vraie du Titanic

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE THEATRE DE BREITOU :: LA GOULETTE - TUNIS - MAROC - ISRAEL - SOUVENIRS SOUVENIRS-
Sauter vers: